Tirailleurs sénégalais : qui étaient-ils ? Quel rôle dans l’Histoire ?

Un contexte historique important

  • Au 13e siècle, les premiers voyageurs européens débarquent sur les côtes d’Afrique de l’Ouest.
  • En 1638, les premiers comptoirs français sont créés à Saint Louis du Sénégal, au Bénin, au Congo et au Gabon.
  • 1848 marque l’abolition de l’esclavage.
  • En 1857, le 1er bataillon des tirailleurs sénégalais est formé.

Pourquoi créer un bataillon de tirailleurs sénégalais ?

Le premier bataillon de tirailleurs sénégalais est créé car les Français ont besoin d’hommes pour protéger leurs installations dans les colonies. En effet, les soldats de métropole ne supportent pas le climat local et souffrent de maladies.

C’est le général Faidherbe qui forme en 1857 le 1er bataillon des Tirailleurs à Saint Louis du Sénégal.

Les Tirailleurs
Un livre très intéressant et facile d’accès pour tous : Les Tirailleurs

Découvrir d’autres livres sur les Tirailleurs

Les Tirailleurs, de très bons soldats !

Tirailleurs Senegalais

Les tirailleurs sénégalais sont vite remarqués pour leurs qualités et grâce à eux la France va aussi conquérir de nouveaux territoires africains comme la Côte d’Ivoire, le Gabon ou encore le Tchad.

Du coup, on compte 12 compagnies de soldats locaux en 1890 (pas seulement des tirailleurs sénégalais) car la France étend ce modèle qui semble rencontrer les victoires à d’autres pays africains.

Les tirailleurs sénégalais et la 1ère Guerre Mondiale

Tirailleurs_Senegalais

Le 3 août 1914 est déclarée la 1ère Guerre Mondiale. La France, en peine d’effectifs, décide de mobiliser les troupes de ses colonies africaines (idée du colonel Mangin qui rédige un ouvrage célèbre, La Force noire). C’est pourquoi il est bon de rappeler à qui veut bien l’entendre que les tirailleurs sénégalais ont bel et bien participé à la 1ère Guerre Mondiale pour défendre la France.

Verdun 1916 - Un tirailleur en enfer
Verdun 1916 – Un tirailleur en enfer
« La Force noire » par le lieutenant-colonel Charles Mangin

A partir de 1915, face au manque d’hommes en métropole, le recrutement forcé s’effectue en Afrique noire et les populations expriment leur opposition.

C’est ainsi que plus de 180 000 tirailleurs sénégalais sont mobilisés en 1914 et 1918 en Europe, en Afrique et en Orient.

Leur loyauté et leur bravoure sont saluées par tous : aussi bien les militaires que les populations civiles françaises !

Demba et Dupont 021

Le rôle de Blaise Diagne

Surnommé « la Voix de l’Afrique » à l’Assemblée nationale française où il est le premier Africain à y siéger, Blaise Diagne joua un rôle important pour les tirailleurs sénégalais.

En effet, grâce à celui dont le nouvel aéroport de Dakar prend le nom, une loi est votée en 1915 pour donner la nationalité française aux Sénégalais de Saint Louis, Dakar, Gorée et Rufisque. Juste reconnaissance des sacrifices des tirailleurs sénégalais.

Le service militaire étant devenu obligatoire en France depuis 1905, les troupes africaines seront appelées y participer à hauteur de 250 000 hommes pendant l’entre-deux guerres.

Tirailleurs Sénégalais

Les Tirailleurs pendant l’entre-deux guerres mondiales

L’empire français est très étendu, les troupes coloniales sont très respectées et une marque en profite.

En 1915, le marque Banania décide d’utiliser l’image positive du tirailleur sénégalais pour vanter les mérites de son chocolat : le gentil noir qui est sympathique, sourit et même s’il connaît très peu de vocabulaire français (« Y’a bon ») il est fort et vaillant comme l’énergie que va vous fournir si vous prenez du Banania…

Malheureusement, cette image va rester et associer le tirailleur sénégalais à un homme simple d’esprit.

Banania Man Post Cards

Banania, 1914

Banania

Les tirailleurs sénégalais et la 2nde Guerre Mondiale

C’est le 1er septembre 1939 que débute officiellement la seconde Guerre Mondiale par l’invasion de la Pologne par l’Allemagne. Les soldats des colonies africaines et d’outre-mer sont une nouvelle fois mis à contribution pour aider la France et l’Europe (Italie, Provence, Vosges…).

Ces soldats se rallient à la « France libre » du Général de Gaulle. En conséquence, le général évoque la question de l’émancipation des colonies après la guerre, lors de la conférence de Brazzaville (Congo) en 1944.

Les tirailleurs sénégalais mis à l’écart par les Allemands

p013404

Les Allemands avaient créé des lieux de détention pour les tirailleurs sénégalais en France même (les Frontstalag) afin de ne pas les mélanger à la population allemande.

p003118

Les Tirailleurs après la 2nde Guerre Mondiale

Après la guerre, les populations des colonies demandent à s’émanciper de la France, à acquérir leur indépendance après tous les services rendus. Des révoltes de décolonisation éclatent. Toujours fidèles à la France, les Tirailleurs répriment les volontés d’indépendance à Madagascar, en Indochine, au Maroc, en Tunisie…

Dans les années 50, on remplace les termes « tirailleurs sénégalais » par « les troupes africaines ».

Après les indépendances africaines

La plupart des soldats des colonies sont renvoyés vers leur pays d’origine. Le retour n’est pas toujours facile pour ces hommes qui sont restés fidèles à la France en dépit des idées de leurs compatriotes.

Une reconnaissance tardive

Les anciens combattants sont déçus. Longtemps réduite, c’est seulement depuis quelques années que l’on reconnaît le rôle des tirailleurs sénégalais et des troupes africaines par extension.

tirailleurs sénégalais

En 2004, le président sénégalais de l’époque, Abdoulaye Wade, célèbre la première journée du Tirailleur : le 23 août de chaque année on rend ainsi hommage à la bravoure du Tirailleur.

Tirailleur à Bobo Dioulasso

Amicale des anciens à Bobo

A Fréjus, on trouve le seul monument en France en hommage à « l’Armée noire ».

Monument à l'armée noire - Fréjus

Fréjus - Monument Armée Noire - Dépôt de gerbe - 2010

En savoir plus avec ces livres sur les Tirailleurs